Attention aux chenilles processionnaires

Comment réagir face aux chenilles processionnaires (qui tirent leur nom de leur déplacement à la queue leu leu). Cette espèce estassociée au pin (sylvestre ou noir), sur lequel elle grandit. Elle a fait son apparition en Essonne depuis 2005. Plusieurs foyers sont visibles notamment le long de l'A 6 (en descendant vers Lyon). Pourquoi pose-t-elle problème? La nouveauté, c'est que cette chenille gagne les zones urbaines, les jardins avec des pins isolés ou les lisières de bois. Elle possède de microscopiques poils urticants. Ce qui, en cas de contact ou d'exposition indirecte, peut entraîner des réactions cutanées (démangeaisons, œdèmes), oculaires (glaucome, cataracte), respiratoires (asthme) ou allergiques. On évoque le cas d'unchien qui a perdu la moitié de sa langue! La chenille processionnaire se nourrit aussi des aiguilles des pins,ce qui peut entraîner d'importants dommages sur les arbres. Comment a-t-elle fait son apparition en Essonne? Historiquement, la chenille processionnaire borde les pourtours méditerranéens. Elle servait de poison dans l'Antiquité. Avec le réchauffement climatique, l'espèce est remontée jusqu'en région parisienne. La replantation d'arbres venus du sud aurait aussi permis de transporter la petite bête. Le grès et les sables du Gâtinais favorisent également leur installation. Quelles sont les précautions à prendre? « Si on adopte des règles de base, il n'y a pas de risques », insiste Nicolas Flament. Il faut éviter de s'approcher des nids ou des chenilles (y compris pour les animaux domestiques). En cas de démangeaisons ou de brûlures, le mieux est de consulter son médecin ou son pharmacien. Lors d'un repas dehors, il est déconseillé de s'installer sous des pins avec des nids. Pour lutter contre la chenille processionnaire, le mieux est de combiner plusieurs solutions : couper les branches où il y a des nids, les jeter ou les brûler, installer un piège à phéromones (il capture les papillons et empêche leur reproduction), introduire des prédateurs naturels comme la mésange. Pas de produits chimiques. Des entreprises spécialisées peuvent intervenir. La meilleure solution est encore d'éviter de planter des conifères à aiguilles longues (pin, cèdre)…

(Source Le Parisien)